HISTORIQUE

L’association Charles Prévost, association à but non lucratif selon la loi du 1er juillet 1901, a été « fondée » le 14 juillet 1967, gérant l’établissement Social Enclos Saint François.

A partir de cette date l’établissement, tout en préservant son caractère privé (association de loi 1901) se structure et passe une convention avec la Direction de la Solidarité Départementale (D.S.D.) qui lui accorde un agrément pour 72 lits accueillant des garçons de 6 à 18 ans. L’établissement accueille toutefois une centaine de jeunes : Les pensionnaires de l’école primaire vivent avec les jeunes confiés par la « D.D.A.S.S. ».

En 1974 arrive un nouveau Directeur qui met en place de nouveaux objectifs : séparation des enfants confiés par la DDASS et des pensionnaires de l’école primaire de l’établissement.

La convention collective de 1951 est mise en place.

Un diplôme éducatif est exigé pour travailler à l’Enclos Saint François.

Un projet pédagogique est élaboré de même qu’un Règlement intérieur.

En 1975 l’établissement se restructure et devient Maison d’Enfants à Caractère Social (MECS).

L’école primaire ferme en juin1978 (à vérifier).

A partir de 1985 la MECS instaure la mixité et ouvre son dispositif aux filles et aux garçons.

L’établissement évolue avec les nouvelles orientations des politiques sociales :

Ä Ouverture de la villa Educative de Lunel en Sept. 1981.

L’élargissement de son activité dans le champ de la prévention débute également en 1981 avec le Service éducatif de jour (S.E.J.) de Lunel). L’association répond à une circulaire de 1981 qui fait suite au rapport Bianco-Lamy qui définit les nouvelles orientations de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Elle cherche ainsi à diversifier ses modalités d’accompagnement, à rompre avec le poids historique de l’assistance publique et avec l’image négative des “enfants de la DDASS”.

L’objectif du maintien de l’enfant dans sa famille devient prioritaire et le placement en internat doit devenir l’exception.

La politique sociale souhaite un travail diversifié avec les familles. Le rapport Barrot relatif aux placements non traditionnels, intervient en même temps que la loi de décentralisation (1983). Il permet à l’Enclos Saint François la création de services de prévention avec les Action Educative Renforcée à Domicile (A.E.R.D.).

Trois services territorialisés sont ouverts, rattachés respectivement à trois Agences du pôle des solidarités départementales, avec Montpellier sud en janvier 1998, Centre Ville en septembre 1998 et Lunel Ville en septembre 1999.

Un Service d’Accompagnement à la vie sociale (S.A.V.S.) est ouvert en (rechercher date) qui propose de l’hébergement individuel à de grands adolescents jeunes adultes.

La capacité d’accueil en internat qui était de soixante-douze places en 1970 est réajustée à 49 (rechercher date), avant de passer à 53 en 2007.

Parallèlement, l’établissement réaménage son dispositif hébergement en développant la permanence de jour permettant de proposer un réel accompagnement en journée aux jeunes confiés, là où initialement les ressources professionnelles étaient mobilisées sur les temps d’internat et périscolaires.

Répondant à un appel à projet du Conseil Général, le projet du SAIE est validé qui propose l’accompagnement de 12 puis 14 jeunes majeurs à la sortie de l’établissement et plus largement à la sortie du dispositif de l’aide sociale à l’enfance.

Plus récemment, une réflexion initiée par le Conseil Général, revisite le dispositif de l’ AERD.

De cette réflexion nait l’IED, une mesure d’intervention à domicile « modulable » dans son caractère intensif ou distancié.

L’établissement intègre l’expérimentation en cours de ce dispositif situé à la croisée de l’AERD, dispositif héraultais et de l’AED dispositif national.

L’établissement passe de façon transitoire de 70 AERD initiales à 80 mesures AERD / IED avant de franchir le cap des 119 IED depuis le 1er janvier 2013. Son activité est aujourd’hui adossée à 6 agences du Pôle des solidarités départementales : sur Montpellier avec Portes de la mer, Ovalie et Ecusson cœur de ville, sur l’est du département avec les agences Lunellois, Etang de L’Or et lez Salaison.

L’établissement a également développé une action de soutien à la parentalité, pour soutenir des mères de famille isolées. Dans un 1er temps à partir d’un atelier cuisine réunissant des compétences professionnelles diversifiées permettant d’aborder avec ces mamans toutes questions ou difficultés les concernant.

Depuis 3013, un atelier de socio esthétique est venu étayer ce dispositif avec une professionnelle du service éducatif diplômée en esthétique et dans le cadre d’un partenariat avec le Centre Georgy Font.